Présentation des enseignements
 
Présentation des enseignements :


La filière BL présente trois caractéristiques qui la différencient des autres classes préparatoires :

- La pluridisciplinarité

- L’égalité d’importance entre les disciplines

- Le caractère réellement culturel des enseignements : chaque discipline est étudiée dans sa propre perspective, avec les outils et les modes de raisonnement qui lui sont propres. Ainsi les mathématiques ne sont-elles pas des mathématiques appliquées aux sciences sociales, pas plus que l’histoire ou la géographie ne sont de l’histoire ou de la géographie économique.

L’organisation des enseignements de la filière est déterminée par le concours BL de l’École Normale Supérieure d’Ulm. L’organigramme de ce concours comporte 5 épreuves de tronc commun plus une option à l’écrit, et six épreuves de tronc commun plus une option à l’oral ; cet organigramme est le suivant :






TRONC COMMUN OPTIONS
ECRIT Mathématiques, SES, Histoire, Philosophie, Français Option d’écrit*
ORAL Mathématiques, SES, Histoire, Philosophie, Français, LV Option d'oral**







Les six épreuves écrites sont affectées du coefficient 3. Cinq des six épreuves de tronc commun d’oral ont un coefficient 2. La sixième, au choix du candidat, a un coefficient 3. Enfin l’épreuve d’option orale possède un coefficient 3. On voit donc que toutes les disciplines ont la même importance en terme de coefficients. Cet équilibre entre les disciplines se retrouve également dans les horaires d’enseignement, qui sont comparables.

* L’option d’écrit est à choisir parmi l’une des disciplines suivantes : géographie, langue ancienne, langue vivante.
** L’option d’oral est à choisir parmi une des disciplines suivantes : géographie, langue ancienne, langue vivante, Sciences sociales.

Les choses sont simples pour les cinq premières épreuves de tronc commun. Les élèves ont tous le même horaire dans chaque discipline. La situation est par contre plus complexe en ce qui concerne les options : la plupart des couplages sont possibles entre les options d’écrit et d’oral. En pratique, un élève qui choisit le latin en option d’écrit choisit cette même discipline en option d’oral. Il évite ainsi de se disperser, et peut préparer ses deux options avec 3h de cours hebdomadaires. Les géographes à l’écrit choisissent souvent la géographie à l’oral, mais peuvent aussi bien choisir l’option Sciences sociales ou l’option LV s’ils le souhaitent (car les deux épreuves de géographie écrites et orales sont très différentes). Les élèves choisissant une LV en option d’écrit se répartissent, à l’oral, entre les géographes (choix plutôt rare en pratique), l’option LV et l’option Science sociales.

Le règlement du concours interdisant de présenter la même LV en épreuve de tronc commun d’oral et en option d’oral, un élève qui choisit, disons anglais en option d’écrit et anglais en option d’oral est donc obligé de présenter une autre langue, disons allemand, en épreuve de tronc commun d’oral. Mais un autre élève, s’il choisit anglais en épreuve d’option d’écrit et Sciences sociales à l’épreuve d’option oral, peut tout à fait présenter l’anglais en option de tronc commun d’oral. Ainsi la situation des LV varie-t-elle selon les élèves. Un élève X peut n’étudier qu’une LV qu’il ne présente qu’à l’épreuve de tronc commun d’oral (c’est le cas d’un latiniste, ou d’un élève géographe à l’écrit et à l’oral).
Un autre élève Y peut également n’étudier qu’une seule LV, mais la présenter à la fois à l’écrit (option d’écrit) et à l’oral (épreuve de tronc commun d’oral) ; c’est le cas par exemple d’un élève qui présente anglais en option d’écrit et en tronc commun d’oral et Sciences sociales (ou géographie) en option d’oral.
Un autre élève Z peut, lui, étudier deux LV. Il peut par exemple présenter anglais en option d’écrit, anglais en option d’oral et allemand en tronc commun d’oral ; ou tout aussi bien anglais en option d’écrit et en tronc commun d’oral, et allemand en option d’oral.

On voit donc que les élèves peuvent ajuster leurs choix d’options de façon très souple. Naturellement, le nombre d’heures de cours varie selon ces choix. La préparation à l’option d’écrit en LV est de 4h ; elle est de 2h pour préparer l’oral (aussi bien pour l’option que pour le tronc commun). Notre élève X n’aura donc que 2h d’anglais (mais 2h de géographie d’écrit et 2h de géographie d’oral, ou, à la place, trois heures de latin). L’élève Y aura 6h d’anglais (4 pour l’écrit + 2 pour l’oral). Et l’élève Z aura 6h d’anglais + 2h d’allemand.

Les élèves choisissent librement leurs options à la rentrée. En général, les équipes de professeurs leur laissent entre 15 jours et un mois pour fixer leurs choix définitifs. Les élèves ne sont pas non plus obligés de conserver la LV1 qu’ils ont étudiée jusqu’en terminale, ou de l’étudier durant 6h hebdomadaires. Ils peuvent choisir leur LV2 s’ils ne conservent qu’une LV, ou encore, s’ils étudient deux langues, consacrer 6h à la LV2 et 2h à la LV1.


Contrôle des connaissances :

Au concours, les épreuves écrites d’Histoire, de Sciences sociales, de Français, de Philosophie, et de Géographie et de langue vivante sont des dissertations de 6 heures. L’épreuve de mathématiques dure 4h. L’épreuve optionnelle de latin consiste en une version d’une durée de 3h. Le concours BL comporte en outre deux épreuves spécifiques comptant pour l’ ENS Cachan et pour l’ENSAE : une dissertation de 6h d’économie ou de sociologie (au choix du candidat) et une version de LV.
En hypokhâgne comme en khâgne, les élèves sont évalués, dans chaque discipline, par des devoirs surveillés respectant les formats des épreuves du concours. Deux concours blancs sont également organisés (généralement un avant Noël et un autre vers avril ou mai). Des heures d’interrogations orales permettent également de suivre le travail et la progression des élèves. La fréquence de ces « khôlles » varie selon les disciplines : environ une tous les quinze jours en mathématiques et en Sciences sociales. Une par trimestre dans les autres disciplines. Le but des khôlles est à la fois d’entraîner les élèves à l’oral, et de servir de contrôle continu.


Objectif des enseignements :

Classes de préparation aux concours, l’hypokhâgne et la khâgne BL sont avant tout des classes de formation de haut niveau, permettant aux élèves d’acquérir la culture et maîtrise des modes de raisonnements propres à chaque discipline.

Mathématiques : Le cours pose, de façon rigoureuse et précise, les bases de l’algèbre linéaire, de l’analyse et des probabilités. Il s’agit, d’une part, de permettre aux élèves de maîtriser ces outils fondamentaux, indispensables par exemple pour comprendre les modèles économiques, et d’autre part, et surtout, de leur apprendre à raisonner avec rigueur. L’esprit de l’enseignement des mathématiques en BL, tout comme celui des sujets écrits et oraux posés au concours BL, privilégie cet apprentissage de la précision, de la compréhension des objets mathématiques, à l’aspect calculatoire ou à l’apprentissage de méthodes, certes plus faciles pour l’élève, mais bien moins formateur. Cette exigence de rigueur, de précision, de compréhension, de maîtrise des outils et des raisonnements propres à chaque discipline se retrouve d’ailleurs dans toutes les matières enseignées en BL. L’épreuve écrite, de 4h, comporte en général un problème et deux exercices, de façon à couvrir les trois parties du programme. A l’oral, les candidats disposent d’une heure pour préparer deux exercices, suivis de trente minutes durant lesquels ils exposent leur travail et répondent aux questions du jury.

Histoire : L’objectif est de permettre aux élèves d’acquérir une solide culture historique. Le programme porte sur la France de 1870 au début des années 1990, et sur le monde de 1918 au début des années 1990 (relations internationales, grandes évolutions économiques, sociales, politiques et culturelles). A l’écrit, dans le cadre de la banque d’épreuves, les candidats rédigent une dissertation en 6 heures. Il y a un oral d’histoire aux ENS Ulm et Lyon-LSH: deux sujets sont proposés au candidat, qui en choisit immédiatement un, et annonce son choix au jury. Il y a une heure de préparation, 20 minutes d’exposé et 10 minutes de questions. Il n’y a pas d’oral d’histoire en tant que tel à l’ENS- Cachan mais dans l’épreuve de dossier, le dossier proposé au candidat peut être un dossier d’histoire.

Pour l’esprit de la préparation
: chaque professeur est libre de répartir comme il l’entend la préparation du programme entre les deux années. Les sujets qui sont donnés au concours sont souvent des sujets vastes (par exemple : faire la paix en Europe 1918/1989) et exigent de la part du candidat une aptitude à problématiser et à construire une dissertation selon la méthode classique de la discipline. A l’oral les sujets peuvent être plus « pointus » (exemple : biographies). Dans tous les cas, il en va de l’histoire comme des autres disciplines en BL : la pluridisciplinarité s’impose et des sujets d’histoire peuvent être abordés sous des angles sociologiques, géographiques… L’esprit du programme est celui d’humanités contemporaines et la qualité de réflexion de l’élève est toujours valorisée.

Sciences sociales : L’objectif est de donner aux élèves les outils pour comprendre les problématiques économiques et sociales du monde moderne. Le cours de Sciences sociales comporte trois parties : l’économie, la sociologie, et l’étude des objet communs aux Sciences sociales. Économie et sociologie sont étudiées dans leurs perspectives respectives, les élèves devant apprendre à réfléchir sur des problèmes purement économiques avec les outils de l’économiste, et sur d’autres, relevant de la sociologie, en se plaçant dans une perspective purement sociologique. Au contraire, dans la troisième partie du programme portant sur les « outils communs aux sciences sociales » il s’agit d’apprendre à aborder un problème en mobilisant à la fois l’analyse économique et la perspective sociologique. Au concours, l’épreuve écrite de Sciences Sociale est une dissertation de 6h, de même que l’épreuve spécifique comptant uniquement pour l’admissibilité à Cachan et à l’ENSAE.

Philosophie : Sur un programme très vaste, qui est en fait celui de la terminale, l’ambition est de former des étudiants qui soient capables de réfléchir de façon rigoureuses, et de maîtriser les modes de raisonnement spécifiques à la discipline. Au concours, l’épreuve écrite est une dissertation en 6h.

Français : il n’y a pas d’œuvres spécifiques au programme. Le cours porte sur l’étude systématique des trois grands genres littéraires (roman, théâtre, poésie). Le professeur choisit lui-même des lectures (à la fois des œuvres traitant d’un de ces genres et de grands classiques de la littérature française). Au concours, l’épreuve écrite est une dissertation en 6h.

Langues vivantes : Le programme de préparation aux différentes épreuves (tronc commun d’écrit, épreuves d’option écrite et orale) est le même. Il consiste en l’étude de la culture, de la civilisation, de l’histoire et de la littérature des pays de l’aire linguistique considérée (par exemple, Espagne et Amérique latine pour l’espagnol). Ces épreuves sont particulièrement ambitieuses, car elle exigent du candidat une très bonne maîtrise de la langue (écrite et parlée), des connaissances solides en terme d’histoire, de civilisation et de littérature étrangère, et des qualités de synthèse pour réaliser, dans la langue considérée, des analyses de documents eux-mêmes écrits dans cette langue.

Géographie à l’écrit : Il s’agit d’une formation aux grandes thématiques et aux grandes problématiques de la géographie d’aujourd’hui (développement durable, géographie urbaine et inégalités socio-spatiales, géopolitique...). Elle est évaluée au concours par une dissertation de 6h. Le programme porte sur la France et sur une thématique ou une région du monde qui change chaque année.

Géographie à l’oral : Il s’agit d’une analyse des territoires locaux pris dans tous les environnements français (métropole et outre-mer) à partir de l’étude de cartes topographiques et de documents annexes (photographies, images satellites). L’épreuve au concours consiste en un commentaire d’une carte d’échelle locale accompagnée ou non d’un autre document.

Latin (ou grec ancien) : A travers l’étude et la traduction de textes classiques, l’objectif est l’acquisition d’une culture antique qui est à la base de notre civilisation, et l’apprentissage de la rigueur inhérente à la pratique des langues anciennes. L’épreuve écrite du concours est une version de 3h.
 
Cette page a été consultée 8533 fois